Download Selected (0)Download All
13 NOVEMBRE LE JOUR OU J’AI COMPRIS À tous ceux qui osent encore me demander pourquoi je suis PATRIOTE, À tous ceux qui se permettent de m’insulter pour mon PATRIOTISME, À tous ceux qui insultent la FRANCE, À tous ceux qui insultent les FRANÇAIS, À tous ceux qui sont titulaires d’une carte nationale d’identité française, À tous ceux qui vivent en France et qui crachent sur ELLE, À tous ceux qui travaillent en France et qui crachent sur ELLE, À tous ceux qui vivent des aides sociales versées par la France et qui crachent sur ELLE, À tous ceux qui crachent sur la France, mais qui demandent l’extradition vers ELLE quand ils rencontrent des difficultés judiciaires à l’étranger, parce quilles SAVENT... À BENZEMA qui s’est permis de cracher pendant la minute de silence en l’honneur des victimes du terrorisme, et qui aujourd’hui PLEURE pour revenir en équipe de FRANCE, En janvier 2015 suite aux attaques de Charlie Hebdo et de l’hyper casher, CERTAINS, - toujours les mêmes - m’ont insulté pour mon soutien aux victimes et pour mon patriotisme: parce que OUI il était essentiel, compte tenu des circonstances, d’être solidaires à l’égard des victimes françaises, quelque pouvait être leur origine, race, religion, croyance ou culture, Je n’ai jamais lu - et ou soutenu - Charlie Hebdo, je ne suis pas juif, mais qu’importe parce que c’était nos valeurs qui étaient attaquées, notre vivre-ensemble, et qu’à ce moment là OUI il était primordial d’affirmer, NON, de CRIER notre FRATERNITÉ, notre PATRIOTISME et de défendre nos VALEURS, Quelques mois plus tard, les victimes étaient - cette fois - de toutes origines, et là, CERTAINS se sont enfin réveillés, pour se rendormir, malheureusement très rapidement, L’HYPOCRISIE de ces individus M’ÉNERVE: votre patriotisme de girouette, votre dévouement fantasmagorique envers un pays qui ne vous connait pas, dans lequel vous ne vivez pas, dans lequel vous ne vivez RIEN, dans lequel vous ne bénéficiez de RIEN, dans lequel au mieux vous passez quelques jours par an, et in fine pour lequel vous avez une vision idyllique et vraisemblablement faussée… MAIS en fait tout ceci n’a AUCUNE importance car quelque soit quelque soit votre pa
13 NOVEMBRE LE JOUR OU J’AI COMPRIS

À tous ceux qui osent encore me demander pourquoi je suis PATRIOTE,

À tous ceux qui se permettent de m’insulter pour mon PATRIOTISME,

À tous ceux qui insultent la FRANCE,

À tous ceux qui insultent les FRANÇAIS,

À tous ceux qui sont titulaires d’une carte nationale d’identité française,

À tous ceux qui vivent en France et qui crachent sur ELLE,

À tous ceux qui travaillent en France et qui crachent sur ELLE,

À tous ceux qui vivent des aides sociales versées par la France et qui crachent sur ELLE,

À tous ceux qui crachent sur la France, mais qui demandent l’extradition vers ELLE quand ils rencontrent des difficultés judiciaires à l’étranger, parce quilles SAVENT... À BENZEMA qui s’est permis de cracher pendant la minute de silence en l’honneur des victimes du terrorisme, et qui aujourd’hui PLEURE pour revenir en équipe de FRANCE,

En janvier 2015 suite aux attaques de Charlie Hebdo et de l’hyper casher, CERTAINS, - toujours les mêmes - m’ont insulté pour mon soutien aux victimes et pour mon patriotisme: parce que OUI il était essentiel, compte tenu des circonstances, d’être solidaires à l’égard des victimes françaises, quelque pouvait être leur origine, race, religion, croyance ou culture,

Je n’ai jamais lu - et ou soutenu - Charlie Hebdo, je ne suis pas juif, mais qu’importe parce que c’était nos valeurs qui étaient attaquées, notre vivre-ensemble, et qu’à ce moment là OUI il était primordial d’affirmer, NON, de CRIER notre FRATERNITÉ, notre PATRIOTISME et de défendre nos VALEURS,

Quelques mois plus tard, les victimes étaient - cette fois - de toutes origines, et là, CERTAINS se sont enfin réveillés, pour se rendormir, malheureusement très rapidement,

L’HYPOCRISIE de ces individus M’ÉNERVE: votre patriotisme de girouette, votre dévouement fantasmagorique envers un pays qui ne vous connait pas, dans lequel vous ne vivez pas, dans lequel vous ne vivez RIEN, dans lequel vous ne bénéficiez de RIEN, dans lequel au mieux vous passez quelques jours par an, et in fine pour lequel vous avez une vision idyllique et vraisemblablement faussée… 
MAIS en fait tout ceci n’a AUCUNE importance car quelque soit quelque soit votre pa
Download